Association

Des Sourires à Niongono

 


Le Village de Niongono


La fondation du village de Niongono remonte au 12ème siècle. On y parle l'Ampari-Kora. C'est la langue des Degoga, un ancien peuple qui a devancé l'arrivée des Dogon du clan Karambe . Ce village est une véritable forteresse érigée sur un piton rocheux en forme de fer à cheval. Son emplacement et sa conception défensive ont permis au village de survivre à travers les âges aux envahisseurs Mossi, Peul et Songhay.


Le village est situé en dehors des sentiers touristiques classiques à 25 km de Bandiagara, mais à 1h30 en 4X4 par la piste. Ce village isolé ne semble pas être beaucoup aidé et les échanges de courriers, mail et conversations téléphoniques nous ont confirmé ce point. Environ 1500 habitants peuplent le village de Niongono.


Nous avons trouvé sur internet le témoignage de touristes en 2005 qui illustre bien la situation, nous en relatons ici quelques extraits :

« On nous amène une jeune femme qui souffre horriblement d'une rage de dents qui lui tord le visage et la rend malade de douleur. La pharmacie est restée à l'hôtel avec nos bagages. Moi, j'ai du Di-antalvic dans mon sac à dos, comme d'habitude, au cas où. J'hésite. Nos guides plaident pour elle. Il n'y a pas de dispensaire à des dizaines de kilomètres. Les gens du village n'ont aucun moyen de transport à part la marche à pied. Il peut se passer des jours et des jours avant que d'autres touristes passent par là. On ne peut la laisser comme ça. Nous avançons vers le pied des falaises avec toute la délégation. Les couches de roches, différemment usées et érodées forment un escalier abrupt. Nous devons nous serrer contre la paroi pour laisser passer une colonne de femmes, dont certaines semblent très vieilles et qui ramènent l'eau du puits. Le chef parle de l'école que le village a construite et qu'il nous indique dans la vallée après le puits et les jardins potagers. Tous les enfants n'y vont pas, cela dépend des parents et de leur situation. Le dispensaire revient sur le tapis. C'est un objectif majeur si l'on considère que le village est entièrement coupé du reste du monde pendant la période de l'hivernage (les pluies en été!). Personne ne passe. La région n'est pas accessible. »